KGS Supports

​Rien qu'un baiser de Marc Levie

​Production 2010

Shortcut

Synopsis :
1930. Le compartiment d’un train. Un jeune homme est séduit par les lèvres d’une jeune voyageuse. Il ne lui demandera qu’une chose : « Un baiser… Un tout petit baiser »


Intention du réalisateur :
C’est la rencontre fortuite d’un homme et d’une femme, lors d’un voyage en train. L’homme est frappé par la beauté de la jeune femme, de son visage, de ses lèvres. Séducteur extraverti, il ne peut s’empêcher, d’emblée, de lui exprimer son admiration, sa fascination, son attirance.


Le film commence comme un marivaudage. Mais la trame évolue. Le dialogue et la relation s’approfondissent. Les défenses de la femme s’écroulent devant le plaisir qu’elle ressent à « badiner ». Le garçon la fait rire. Bientôt il va l’émouvoir.


Les personnages se révèlent par leur langage. Le garçon, au départ, apparaît comme un dragueur superficiel, mais se révèle un amoureux sincère. La jeune femme apparaît d’abord comme une pimbêche de province mais s’avère pleine d’humour, de réparties, de sensibilité.
La métaphysique de l’instant: Il s’agit d’un moment totalement fortuit, une rencontre fugace qui n’aura sans doute plus de lendemain. Un événement en dehors du temps. Qu’en pourrait appeler un « non événement » puisqu’il n’aura sans doute pas de lendemain. Mais qui alimente le rêve. (cfr « Le Grand Meaulne »).