KGS Supports

​Terre Vague de Eve Martin et Nico Bueno

​La [ Parti ] Production 2011

Shortcut

Synopsis :
Tima, petite fille de 6 ans, survit avec ses amis Ichiro et Nino dans une décharge désertique entourée par un rempart impossible à franchir. Elle rêve d’un monde qu’elle ne connaît pas où les oiseaux chantent. Un jour, un tremblement bouleverse leur vie monotone. Un morceau du rempart s’effondre. Ils s’aventurent de l’autre côté et découvrent une autre décharge encore plus grande, marquée par la guerre et qui garde un secret, un arbre. Tima y voit un espoir et ne veut plus le quitter. Mais le Vieil Homme, qui rêve des temps passés, n’est pas loin et guette. Découvrant son trésor et y voyant un signe sacré, il en prend possession entraînant une lutte sans merci entre les derniers êtres encore vivants dans ce monde.


Intention du réalisateur:
Paul Emile Victor a dit un jour : « Ce qui m’inquiète, c’est la pensée que l’homme est capable de s’habituer aux pires conditions de vie. Il pourra trouver parfaitement normal d’ici un siècle de vivre prostré dans quelques bunkers, avec des masques, de l’air artificiel. Il ne saura même plus alors que l’on vivait autrement. Que restera t-il alors de l’homme ? »
Cette phrase est le point de départ de notre projet. Que reste t-il de l’homme dans un monde dévasté et désincarné ? Quels sont ses rapports, quels sont ses souvenirs s’il n’a pas connu une civilisation organisée ? Comment interprète t’il tous les signes iconographiques qui font partie de notre présent ? Que représente un panneau publicitaire ou une plante pour quelqu’un qui n’en connaît ni l’utilité ni la raison et l’origine ? Que deviennent le sacré, les liens humains, l’instinct ?
Tout ce questionnement et une photo de presse aérienne représentant une immense décharge de pneus au milieu de laquelle avançait un homme minuscule, perdu dans une mer de caoutchouc noir, nous ont inspiré cette histoire. Ce paysage de désolation et notre engagement face à l’environnement nous ont plongé au cœur de notre sujet.
Ici l’homme est revenu à un état primitif guidé par son instinct mais aussi son avidité et son désir de propriété, un certain individualisme et matérialisme, une compétitivité et un comportement belliqueux. Dans notre histoire, l’homme se confronte à lui-même à travers les deux âges marquants la fin et le début de la vie - la vieillesse et l’enfance.


Nous comptons nous démarquer dans notre démarche narrative en adoptant un ton qui balance entre l’absurde, le cynisme et la fable. Nous voulons traiter notre histoire comme une fable futuriste qui s’adresse autant aux enfants par la forme qu’aux adultes par le sens. « Terre vague » est un conte moderne et universel dont le fond est ancré dans notre réalité.


D’un point de vue technique, nous voulons donner une couleur originale à cette histoire en oscillant entre film expérimental et film d’animation. L’idée principale esthétique étant d’utiliser des hommes comme des marionnettes en donnant l’illusion que ce sont des poupées animées sur fond de décors basés sur la réalité et recomposés en post-production.