KGS Supports

​Egosystem de Faisal Chichah

​Urban Legend Productions 2011

Shortcut

Synopsis :
EGOSYSTEM est un court-métrage expérimental, une sorte de fable mystique, qui se passe dans un lieu unique avec un seul acteur qui incarne successivement trois personnages. Le propos consiste à placer ce personnage face dans un lieu dont il ne peut sortir pour une raison mystérieuse. Face à ce mystère, le film explore et articule 3 postures différentes face à l’énigme que pose la pièce:Een Kleine Duw


Temps 1: Rejet et fuite de la confrontation au mystère (La Capture)
Temps 2: Tentative de la posture rationnelle ( La Révolte)
Temps 3: Acceptation et "résignation" face au mystère, posture qui porte en soi la résolution de l'intrigue (La Délivrance)


Intention du réalisateur :
Pour porter ce récit très particulier, nous avons choisi dʼaborder les différents aspects de la construction du film selon des axes bien déterminés:


1.Le jeu dʼacteur:
Les 3 personnages incarnés par un seul comédien nous font découvrir progressivement lʼespace en question.
Le premier étant dans le rejet et la violence donne très peu de perspective tandis que le second, qui apporte une vision rationnelle, ouvre davantage lʼespace et donne au spectateur une plus grande perspective . Finalement, le troisième, par sa sincérité et sa résignation, découvrira la façon de sortir de cet espace et apportera au spectateur la plus grande perspective possible (Résolution sur le toit de lʼimmeuble).


2.La lumière:
La lumière installe une vision paradoxale de cet espace: La froideur du beton du plafond et des colonnes contraste, avec beaucoup dʼ esthétique, avec la moquette inondée de lumière jaune et chaude projetée à lʼintérieur de la pièce par les lampadaires publics.


3.Camera:
Les prises de vue larges fixes, plongées expriment la domination de lʼespace sur le personnage.
Des prises de vue épaule nous font vivre cette expérience très particulière avec le personnage.
Des plans audacieux appuyés par de très subtils effets spéciaux donnent à contempler « une finitude infinie» afin de renvoyer le spectateur au paradoxe de notre condition humaine.